Llous

On raconte que tous les LlOUS grands et poilus
Se repaissent de clavaires et clavicules,
Qu’ils râlent et entonnent d’étranges mélopées les jours de bruine,
Qu’ils collectionnent les débris de lune pour aiguiser leurs canines,
Mais qu’ils préfèrent en certaines occasions
Un dentifrice triple action.

Moi je connais un lou mini
Qui en avait marre d’être mini,
Toujours rikiki,
Si rikikikikiki,
Que qui que ce soit
Le confondait avec le sous-bois.
J’ai vu ce lou mini
Récolter des gouttelettes de pluie
Et planter des fraisiers
Pour murmurer aux passants pressés
De ne pas s’empresser :

« Regardez bien, et vous verrez un lou mini
Qui se sent seul et recherche votre compagnie. »

J’ai vu ce lou mini
Trembler et se dissimuler derrière des conifères
A la vue du premier rayon lunaire.
J’ai l’ai vu colimaçonné et pétrifié,
N’osant plus bouger,
Au son d’une étrange mélopée
Echappée de la gueule d’un LOU grand et poilu.

On raconte que les LlOUS grands et poilus
Passent d’innombrables heures
A créer des cauchemars et des leurres.

Moi je connais un lou mini
Qui a chez lui toutes sortes de produits
Pour rendre sa maison vernie et polie.
Jusqu’à l’aube il récure, astique,
Et ce même sans gants en plastique.
Il saurait vous dire en un instant
Quel est le dégraissant le plus puissant.
J’ai vu ce lou mini
Epousseter les vieux rêves irréalisés,
Passer les cauchemars à l’eau de Javel,
Déboucher les canalisations engorgées de fiel,
Et balayer les tracas, tourments et tournis
Des promeneurs qui, une nuit,
Auraient croisé un LOU grand et poilu endormi.

On raconte que les LlOUS grands et poilus
Adorent les jeux de l’inconnu.
Que le premier qui sera vu et reconnu sera perdu.
Ainsi, tous les 32 du mois, tous les LlOUS grands et poilus
S’ennivrent de jeux de cache-cache, d’ombres, de malice,
De poursuites, d’indices, de pains d’épices,
De lumière lunaire et de plumes de votre grand-mère.
Les uns crapahutent sur de hauts rochers
Pour y semer leur carte d’identité.
Certains autres se travestissent,
Se font des schampoings 2 en 1
Pour dissimuler leur venin.
D’autres encore brouillent les pistes
En s’inventant des pseudos fantaisistes.

Moi je connais un lou mini
Qui perd toujours aux jeux de l’inconnu.
Il est toujours le premier à être vu et reconnu.
Personne ne lui a jamais appris les règles du jeu,
Ni à changer de nom, juste pour une heure ou deux.
Lou mini ne sait pas très bien comment se déguiser,
Il ne possède pas de poudre de soleil, ni de fer à friser.
Il ne voit pas comment du maquillage pourrait le changer en mirage.
Il ne possède aucun indice,
Ignore la définition du mot « malice »
Et ne connaît pas la recette du pain d’épices.

On raconte que les Llous grands et poilus
Vont régulièrement chasser des secrets défendus
Sur des sentiers crépus.
Ils les accumulent savamment et patiemment
Sur leur langue qu’ils ne sauraient délier,
Pas même pour un voyage gratuit en jet privé.
On raconte que les LlOUS grands et poilus
Partent souvent à la pêche aux sarcasmes,
Qu’ils les choisissent plutôt mordants et vénéneux,
Dans des cloaques vaseux et visqueux.
Mais ils préfèrent parfois rester chez eux
A compter leur réserve de mensonges les plus honteux.

Moi je connais un lou mini
Qui tous les soirs après avoir avalé son chocolat aux fruits confits
Ecrit les plus grands poèmes.
Poèmes de lous minis,
Poèmes de LOUS grands et poilus,
Poèmes de lous timides,
Poèmes de LOUS tordus,
Poèmes de lous bruns,
Poèmes de LOUlous,
Poèmes de loukoums.
LOUS majuscules ou lous minuscules,
Il y a des Llous pour tous les goûts.